Démocratie, des mots crasseux?

Un an après avoir cessé d'alimenter le blog d'actualités alternatives de MAIS, l'émission, privilégiant plutôt de laconiques mises-à-jour de statut hebdomadaires sur la page Facebook de l'émission, voici que le blogueur en moi reprend du service! Parce que les paroles s'envolent et les écrits restent, voici l'éditorial du mois d'avril 2011.

Il y a dix ans (déjà!), le mouvement "altermondialiste" convergeait sur la ville de Québec à l'occasion du Sommet des Amériques alors que les dirigeants des trois Amériques se réunissaient paisiblement, derrière un dispositif de sécurité apparemment moins efficace que celui de l'été dernier à Toronto (on se souviendra de la fameuse clôture qui a été renversée dès les premières heures de l'affrontement entre les manifestant-e-s et les forces de sécurité). Si le projet de Zone de libre-échange des Amériques (ZLÉA) , ce "processus de collaboration entre 34 gouvernements démocratiques des Amériques, comprenant le Canada, en vue de veiller à la prospérité, à la démocratie et à la libéralisation des marchés pour les produits et les services dans l'hémisphère" (dixit les Affaires étrangères du Canada) a avorté, les politiques de libéralisation des marchés se sont bien implantées au courant de la dernière décennie, notamment au travers d'ententes bilatérales comme le récent Traité de libre échange Canada-Colombie. Puis, après le 11 septembre 2011, la (timide) préoccupation pour la promotion de la démocratie s'est muée grande croisade de lutte contre le terrorisme et ce, au grand détriment du droit international et des (dejà fragiles) libertés civiles ou des (encore plus fragiles) droits économiques, sociaux et culturels...

Aujourd'hui, que nous reste-t-il donc de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen de 1789? Qui se soucie encore de la Déclaration universelle des droits de l'homme de 1948? Du Pacte international relatif aux droits économiques sociaux et culturels de 1973? Et qu'advient-t-il de la Charte des droits et libertés de la personne de 1975? De la Charte canadienne des droits et libertés de 1982? Tout au plus, on ressent une vague nostalgie à l'égard de quelques principes qui semblent aujourd'hui anachroniques : liberté, égalité, justice...

Vous êtes libres de garder le silence, mais on vous extorquera des aveux sous la torture, s'il le faut : demandez à Omar Khadr. Vous êtes égaux devant la loi, mais on vous fera des procès "équitables", sans vous informer des accusations qui pèsent contre vous ni vous donner accès à la preuve : demandez à Adil Charkaoui. Vous êtes en droit de demander que justice soit faite, mais on vous arrêtera pour avoir troublé la paix (ou quelque chose du genre) : demandez au centaines d'arrêté-e-s du G8/G20 à Toronto.

Le dicton dit : "La dictature, c'est ferme ta gueule! La démocratie, c'est cause toujours..." Le problème, c'est que même en démocratie, il y en a beaucoup qui ferment leur gueule, et encore bien d'autres qui parlent pour ne rien dire...

Nombre total de pages vues